Description de l'image

Domaine

Installé sur la rive droite du Cher au lieu-dit « Villalin », cinq générations de vignerons se sont succédées au sein de la famille depuis 1806.

 

Aujourd’hui, le Domaine se constitue de 8,2 Ha de Sauvignon et 1 Ha de Pinot Noir & Pinot Gris et continue de vendanger traditionnellement à la main.

Description de l'image

Maryline et Jean-Jacques Smith ont repris l’exploitation en 1997 à la suite du grand-père maternel Georges Etave qui, jusqu’à la fin, travailla la vigne avec l’aide de son cheval. 


En plus d’être vignerons, Maryline et Jean-Jacques sont éleveurs d’âne grand noir du Berry, un animal qu’ils affectionnent tout particulièrement du fait de sa forte identité berrichonne.

Berrichons amoureux de leur région, ils mettent à l’honneur leurs ânes au moins une fois par ans durant les vendanges en perpétuant la tradition viticole de vendanger à la main accompagné des animaux.

  Le domaine de Villalin est très attaché au savoir-faire traditionnel vigneron perpétré depuis toujours dans la région et s’attache à conserver la qualité et la maîtrise qui ont engendré la renommée et le prestige du Quincy. Il met donc un point d’honneur à continuer de vendanger à la main et à élaborer un vin le plus authentique et le plus respectueux possible de son terroir.

 

  Ils ont aussi créé leur cuvée Anastasie qui n’est ni filtrée ni collée, comme l’était le vin il n’y a encore pas si longtemps, pour se rapprocher encore plus des cuvées d’antan.


  Encore plus loin dans cette direction, Maryline et Jean-Jacques s’attèlent à faire revivre un ancien cépage berrichon : le Genouillet.

Ce cépage constituait le fond de l’encépagement des vignobles du Berry avant la crise du phylloxéra. Sa disparition est due à l’arrivée massive de cépages hybrides plus productifs et moins sensibles aux maladies.

Repéré dans les années 80 dans une vigne sur la commune des Bordes près d’Issoudun, il fut multiplié et replanté au vignoble conservatoire de Tranzault qui à son tour à servis à greffer les 150 pieds de l’expérimentation plantée en 2005 sur l’exploitation du domaine de Villalin.

Après des années d’expérimentation, 2012 sera la première année de commercialisation du Genouillet par le domaine.

 

  En 2011, le Genouillet a été dégusté à l’Euro Gusto de SlowFood, à Tours.